Vide grenier #50

IMG_0630

IMG_0637

Humeur du moment : nickel

Fameux burger frites de patates douces à la Recyclerie à mon actif ce weekend : 1

Petit tour du côté du Sacré cœur : ok.

Petit déjeuner de fou : check

En bref : pour aborder le vide grenier du jour, j’étais de bonne humeur et j’avais l’estomac bien rempli.

Sans titre-1

 L’automne nous a pris par surprise cette semaine mais ne m’a pas empêchée d’avoir la pêche et d’aller tâter du vide grenier. Pendant que les feuilles roussissaient sur les arbres, les stands fleurissaient ce matin dans la rue Botzaris du 19e arrondissement de Paris. L’occasion de faire comme toujours, quelques bonnes affaires !

  IMG_0642

On commence avec les accessoires du jour…

Un moule à cake en prévision de ma crémaillère. Il va bien falloir nourrir les dizaines d’invités que j’ai ajoutés à l’événement Facebook. Des boucles d’oreille d’un bleu que je trouve assez transcendant n’est-il pas ? Un lait pour le corps dont l’odeur m’a emballée. Le tout pour 3€.

PULL

Et côté penderie ?

Je suis restée tranquille mais je n’ai pas pu résister en voyant ce pull Cos et la chemise Monoprix un peu plus loin. N’étaient-ils pas faits l’un pour l’autre ? En tout cas l’ensemble à 6€ m’a convaincue.

IMG_0643

On continue rayon déco…

… avec un plaid Habitat qui pourrait bien me tenir compagnie de maintenant à…. Mars (oh lord !). Vert émeraude, tout à fait synthétique et à franges, j’ai flashé sur lui et l’ai négocié de 5 à 3€.

IMG_0640

Bornée moi ? Nope nope !

Pour finir, les collègues et moi aimons agrémenter nos pauses déjeuner de tarots endiablés et autres Trivial Poursuit aux dates plus que dépassées. Je me suis donc penchée sur le cas d’un petit nouveau. Enfin, nouveau il faut vite le dire si on en croit cette version Old School du 1000 bornes. Nostalgique de l’as du volant, moi ? A peine !

Un vide grenier rondement mené donc qui m’a permis de jouer sur tous les tableaux : divertissement, cuisine, beauté, déco, fringues et bijoux. Un dimanche comme je les aime ! Je vous laisse finir le weekend avec un nouveau site girly que j’ai aimé découvrir cette semaine : Girls and pop !

Vide grenier #47

IMG_3712
Back to school

Même en vacances, la folie des vides grenier ne s’arrête pas. Après avoir bien grillé sur les plages (pas abandonnées) du Grau du Roi (Coquillages et crustacés), le temps a fini par faire des siennes. Du coup, Eugénie et moi avons déguster les plaisirs de la négociation de prix… à Sommières. Voyez plutôt.

Vivement que j'ai besoin d'acheter de la vaisselle...

Plus antiquités que dressings vidés, ce vide grenier tout à fait honorable de plusieurs centaines d’exposants à fait notre bonheur. Entre les bols anciens, les tables d’écoliers (que j’ai squattées pour la photo bien entendu) et le linge de maison brodé, on ne savait plus où donner de la tête.

Finalement, j’ai trouvé de quoi me faire plaisir avec du maquillage (un gloss Chanel et un crayon CLARINS à 6€ les deux), un collier que Cléopâtre ne me piquera pas non non non je la vois venir et un petit haut blanc à perles à 2€.

Autre trouvaille : un Cluedo vintage qui me fera passer des soirées pleines de frissons et de mystères en compagnie de ce cher Colonel Moutarde (dans la cuisine avec la clé anglaise si vous voyez ce que je veux dire). Le tout à 2,60€.

Bon sinon une fois à Sommières on a dégusté les tagliatelles cévenoles et leur pélardon tout à fait délicieux. De quoi faire une pause en terrasse (puis à l’intérieur à cause de la pluie hein autant le dire) après avoir arpenté l’esplanade du village. Petit regret : le temps n’est pas redevenu clément et nous n’avons pas pu faire la visite complète de Sommières : château et rues anciennes à la clé. Prochaine fois !

Des boucles sur un stand

Dernière petite trouvaille bonus : ces chaussures à semelles épaisses de chez Pimkie soldée à 17€. Une petite incartade dans mon dressing qui pourrait bien me plaire une fois que je saurai marcher avec !

Vide Grenier #45

IMG_3445

Ce vide grenier, appelé aussi dans mon dossier photo vide grenier de l’USRP, n’est autre que celui du club de rugby de Romans sur Isère. Tel le jeu des 1000 de France Inter, les vide grenier prennent place dans tous les bourgs possibles. L’occasion pour vous et moi d’en faire la visite.

Veste casual mais chic !

Bon, Romans après je connais, c’est à 15 kilomètres du village où j’ai grandi. Petite innovation de ce vide grenier : il se situait dans un stade, plus précisément derrière ses tribunes. Mes parents et moi avons donc pu en faire le tour au fil des exposants. Très honnêtement, ce n’était pas le vide grenier de ma vie. J’ai du fouiner sec pour dégoter les perles qu’il recelait et disons qu’il n’y en avait pas tant. Rythmé par les allégations de l’animatrice de l’événement à base de «La femme de Maurice l’attend à la buvette», oui sérieusement, nous avons donc fait de notre mieux pour ne pas repartir bredouille.

Tunique ouvragée, 3€

Au programme : une veste assez chic mais aussi très confort car peu stretch. Elle est bien à ma taille comme vous pouvez le voir. Prise d’ambiance sur cette photo : soleil au rendez-vous, camion de ravitaillement (devant lequel je pose allègrement) prêt à faire son office auprès de la buvette, parasol sorti, aucun doute : tout est prêt.

Gilet menthe à l’eau, 3€

Les achats s’enchainent : bague nacrée, que je n’avais pas remarquée au début, conseillée par ma mère, gilet couleur sirène (la couleur trendy de l’été que croyez-vous ?) et tunique vintage à base de motif floral tout à fait ouvragé. Un bon butin finalement. Aurais-je été mauvaise langue ? Si ce vide grenier m’a paru de prime abord un peu moyen, il a finalement tenu toutes ses promesses !

Bague, 1€

Je profite de cet article pour vous donner ma dernière astuce achat malin en date. Vous, qui comme moi, avez de tous petits pieds (si mignons) qui flottent même parfois dans la pointure 36, n’hésitez plus : allez vous chausser du côté des enfants. Abordable et tout à fait pimpantes, les ballerines de chez Zara par exemple m’ont comblée. Et avec les soldes… je ne vous dit que ça ! Certes, on a un peu l’impression de voler son jouet favori à ces chers bambins et les vendeuses (tout comme les mères) nous regardent d’un air réprobateur. Mais après tout, pourquoi pas ?

Les ballerines en question, 25€

Vide grenier #44

Vêtements, 1€ l'un

A retenir sur le vide grenier : il faut toujours privilégier celui qui a lieu en banlieue plutôt qu’en plein cœur de Paris. Les stands sont moins chers pour les exposants comme je vous en parler ici, et les produits ont tendance à être plus qualitatif (après ça c’est une impression personnelle).

Vêtements, 1€ l’un

En tout cas, ce ne sont pas Issy Les Moulineaux et Malakoff qui vont me faire démentir sur ce coup-là. En effet, il y a deux semaines, lorsque le soleil brillait encore, je me suis fait un petit weekend marathon (en plus de la nuit Européenne des musées, autant dire que j’avais les jambes sciées). Je n’ai pas regretté les déplacements !

Collier, 1€
Boucles, Kookaï, 2€

Au rayon vêtements, chemise écossaise, tunique fleurie et petits hauts en tous genres se sont succédés devant moi. Une exposante m’a même proposé de fouiller en avant-première dans un carton qu’elle n’avait pas déballé sur son stand encore. Car oui, il arrive que des exposants ne déballent pas tout dès le début et gardent du biscuit. Je ne comprends pas trop cette pratique parce que 1. C’est au début du vide grenier que les vrais acheteurs sont présents et non à 16h de l’après midi soyons clairs et 2. Ce n’est pas très juste pour les personnes devant soi de ne pas montrer des produits qui pourraient les intéresser. Bref, sur ce coup-là j’en ai profité, opportuniste que je suis !

Boucles, 1€
Bracelet, 2€

Durant ces vide grenier, il m’est arrivé des petites mésaventures inédites. Tout d’abord, à Malakoff, j’ai eu la surprise de découvrir que certains riverains n’avaient pas respecté la règle ultime du vide grenier : pas de voitures garées le long des rues du village organisateur. Du coup, malgré les nombreuses affiches et informations circulant sur l’événement, certains avaient laissé trainer deux-trois clios et Scénis, empêchant les exposants aux places attribuées à cet endroit de déballer. La fourrière a remis vite fait bien fait ces importuns à leur place.

Vêtements, 1,50€ l’un !

Autre petite déconvenue : je suis arrivée au bout du bout de ma monnaie. Impossible de casser mon billet de 20€ pour acheter le fard à paupières Bourgeois que vous verrai plus bas. Petit moment de flottement vite dégagé en faisant un peu du gringue à deux/trois mamies gentilles qui m’ont filé la monnaie. Je me suis retrouvée avec plein de pièces de deux au final pour continuer de chiner !

Bijoux, 2€ l’un !

Mais pire encore, une fois la monnaie échangée, plus moyen de me repérer et de retrouver le stand du fard à paupières mentionné plus haut ! Je me suis retrouvée à regarder des stands complètement inconnus à la recherche de mon (future) bien. J’ai finis par demander à l’un des organisateurs à gilet jaune fluo où se situait la station bus d’où je venais pour reprendre mon parcours dès le début. Affront essuyé, j’ai retrouvé mon chemin parmi les étalages de vêtements.

Pantalons, 5€ les deux !

J’ai ensuite un peu craqué mon slip en achetant deux pantalons. A savoir : en vide grenier, acheter un pantalon c’est un peu comme misé sur le chiffre qui ne sort jamais à la roulette russe : on ne sait jamais si vraiment ça va aller au niveau de la taille. Ici, jackpot ! J’ai essayé les deux spécimens en rentrant sans souci !

T-shirt, Let’s go to the sea, 1€

Autre petite tentation à laquelle j’ai cédé : un petit haut « Let’s go to the sea » m’a tout à fait emballée, grâce, il faut le dire, à son message en total adéquation avec mes prérogatives du moment !

Accessoires, 0,50 à 1€ l’un !

Une fois ces petites anecdotes passées, je n’ai pas été en reste : encens de grandes marques, bijoux dont les négociations furent rondement menées et boule à thé décalée sont venus rejoindre mes sacs. De quoi revenir encore une fois les mains pleines !

Vide grenier #43

La fameuse lampe de poche, 5€
Sur l'un des étalages...

Je crois que le mois de mai, si l’on oublie ses giboulées, pourrait bien être mon préféré de l’année : un Festival de Ciné, 3 ponts pour se reposer, Roland Garros et bien entendu la pleine saison du vide grenier ! En voici un de plus, qui m’a permis d’enrichir mes placards d’objets rares ou juste à mon goût à des prix de compétitions !

Bols Monoprix offerts par ma cousine, un peu intrus mais si jolis !
Tampons de Noël, 0,50€

Le lieu ? Montmeyran. Montmey… quoi ? me direz-vous. Il s’agit d’un petit village Drômois, qui organisé une brocante lors de ma dernière visite chez mes parents. Bon, en réalité il y a aussi des objets trouvés à Génissieux (autre village) le lendemain dans cet article mais j’ai un peu rassemblé le tout, histoire d’être synthétique.

Chaussure, Le temps des cerises, 20€

Ces vide grenier n’étaient pas si grands : loin des 300 exposants que j’ai déjà pu côtoyer. Mais finalement ce n’est pas plus mal car moins fatiguant, moins tentant et surtout parfois plus qualitatif. Autre changement entre Paris et la province : le prix du stand pouvant être de moins de 3€ au lieu de 15€ le mètre. De quoi rendre les exposants de meilleure humeur. Et Dieu sait qu’un exposant de bonne humeur, c’en est un qui va être plus à même de négocier et de crouler devant mes yeux de biches (Bah quoi ? On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a).

Veste de costume, 3€

Ici, j’ai trouvé une personne qui voulait se débarrasser vraiment de ses objets. En particulier de sa vaisselle. Résultat ? Hop un plat ovale, une tasse gourmande et quelques assiettes à dessert hyper simples mais élégantes.

Plat, 0,50€
Assiette, 0,50€
Tasse, 0,50€

Un peu plus loin, un sac à main en cuir m’attendait. Toujours le moment un peu tendu de la demande du prix : on sent que l’on va se faire allumer. Imaginez ma surprise au doux son du « 2 euros » que sa propriétaire m’a annoncé ! Sans compter qu’elle possédait également quelques exemplaires d’une revue datant de 1934 « Le petit écho de la mode » que je ferais bien encadrer pour décorer mon intérieur.

Sac à main, 2€
Les petits échés de la mode, 1€ les 2

Un foulard et quelques accessoires plus loin, j’ai trouvé une petite chemise Lulu Castagnette à 1€. Cette fois, l’exposante est carrément intéressée par ce que j’ai acheté. Limite je sens l’envie quoi. Je ne suis pas peu fière d’annoncer les prix de mes derniers achats. Quelles bonnes affaires ! Mais je n’en reste pas là pour autant : une marinière à 50 centimes m’attend !

Accessoires, 5€ le tout !
Foulard, 1€

Je pense à mes petites cousines au passage avec des tampons de Noël vraiment sympas (parfois ça donne envie de retrouver leur âge soyons honnêtes et de se remettre à barbouiller) et j’enchaine sur un foulard, une boîte fleurie dans laquelle je ne sais absolument pas ce que je vais mettre et une palette de fards à paupières Kiko, une marque dont je ne connais finalement pas la qualité.

Boîte, 1€
Marinière et chemise, 1,50€

Le clou du spectacle : une lampe de poche (pas si de poche que ça à moins d’être Hagrid d’Harry Potter) old school qui a rejoint depuis le rayon de ma bibliothèque. 5€ : un peu cher pour les Morand que nous sommes. Du coup, on passe, on la garde en mémoire. Et on finit par se perdre ! Et là je retrouve mon père devant le stand tentant encore d’acheter la dite lampe pour me faire la surprise. Je le connais assez pour savoir qu’il allait me faire le coup ! Un père ferait pour 10 enfants ce que 10 enfants ne feraient pas pour un père dirait une personne de grande sagesse…

La fameuse lampe de poche, 5€

Bilan plus que positif donc ! Mais attention, à en faire toutes les semaines je commence à surveiller la dépense. Bien que peu chers, les produits restent payants.