Le palais idéal du facteur cheval

egyptidéale

Durant les vacances, une petite visite instructive et qui en met plein la vue. Construit en 33 ans, ce palais est l’oeuvre d’une vie. Celle de Ferdinand Cheval, un facteur solitaire et amoureux des constructions alambiquées. Faisant une trentaine de kilomètres par jour, il n’hésite pas à retourner sur ces pas le soir venu pour chercher les trésors récoltés au bord de la route au fil de sa tournée. Insomniaque, il consacre ses nuits à son obsession et avance son projet pierre par pierre tout en progressant dans les techniques de construction.

 A la mort de sa femme, il tente de faire de son palais un tombeau où il pourra la rejoindre à son tour un jour. La loi interdit formellement cela et il se voit obliger de remettre à flot un projet : décorer sa tombe d’une construction semblable à celle de son palais. C’est chose faite 3 ans avant sa mort et l’homme finit paisiblement le cours de sa vie, organisant déjà des visites de son palais.

 

1879 – 1912
93 000 heures
10 000 journées
33 ans d’épreuves

 

« Fils de paysan je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie il y a aussi des hommes de génie et d’énergie. Vingt-neuf ans je suis resté facteur rural. Le travail fait ma gloire et l’honneur mon seul bonheur; à présent voici mon étrange histoire. Où le songe est devenu, quarante ans après, une réalité. »

portraits de chaussures – histoires de pieds

diegodolcini-it(1)

Publié par RomansMag.fr 

Le musée international de la chaussure propose une nouvelle exposition temporaire intitulée Portraits de chaussures-Histoires de pieds. Yves Sabourin, le commissaire d’exposition a mis en scène les collections du musée et des réalisations d’artistes contemporains (sculptures, vidéos, installations…). A découvrir jusqu’au 30 avril 2011.

La nouvelle exposition temporaire du musée propose un dialogue entre les collections du musée international de la chaussure et des artistes contemporains. Yves Sabourin, le commissaire d’exposition propose une mise en espace organisée en 5 familles : Politique ou apparat ?, Baroque et Rock’n’roll, Sensuelle et désinvolte !, Drôle de bête et Sport et Nature.
L’ancien et le contemporain se répondent. Les savoir-faire patrimoniaux des bottiers dialoguent avec les créations d’artistes plasticiens, qui se sont penchés sur le thème de la chaussure. Au total une soixantaine de chaussures sont exposées et une trentaine d’installations, vidéos, et sculptures.

Karl Lagerfeld, Marithé & François Girbaud, Maison Repetto…

Souliers stricts, noirs, chaussures folles, sandales sexy, patins étranges, tennis confortables…Avec cette exposition, Yves Sabourin crée une histoire de la chaussure et mélange les époques, les styles et les matériaux. Ainsi des ballerines protocolaires d’Asie sont associées aux chaussons de danse de la Maison Repetto. Karl Lagerfeld pour Chanel s’amuse avec un salomé fabriqué par le bottier Raymond Massaro. Des chaussures très féminines (chaussure fétichiste Hellstern) cotoient des chaussures en volume (cf photo, converses de Cyril Hatt). La sandale créée en bicolore par Coco Chanel dialogue avec la mule de soirée créée par Perugia en 1949.

Musée des tissus à Lyon

IMG_6081

Le musée des tissus de Lyon, présent dans la rue de la Charité à Lyon, était ouvert gratuitement à l’occasion de la nuit européene des musées. J’y suis donc allé faire un petit tour. Une partie de l’exposition des fastes de la couronne d’Aragon était ouverte au public.

Le + du musée reste les espaces enfants mis en place avec des jeux ludiques tels que le sudoku de tissus ou encore des quiz. Malheureusement, le musée manque d’interactivité : les commentaires sur les mini plaquettes à côté des tissus sont peu lisibles. Ce jour-là, des élèves de l’EAC (Ecole d’Expertise) étaient présents pour nous donner quelques indications. L’accent est tout de même mis sur la boutique cadeau, ce que je trouve un peu dommage sachant le prix des produits qui y sont vendus.