Marguerite

06-marguerite-2015-xavier-giannoli-poster

Un film avec Catherine Frot jouant une bourgeoise qui chante faux sans le savoir ? Parfait ! Mais on trouve bien plus qu’une petite comédie d’opérette dans ce long-métrage de Xavier Gionnali.

06-marguerite-2015-xavier-giannoli-poster

Le synopsis

Marguerite Dumont aime jouer les cantatrices du dimanche devant son cercle d’amis proches. Le souci ? Elle chante particulièrement mal et ils n’en disent pas un mot. Son propre mari ne lui dévoile pas l’accablante vérité, quitte à subir ses cris de gosier plusieurs heures par jour. Il ne l’encourage pas non plus soyons clairs. Tout se corse lorsque la cantatrice se met à rêver à un vrai public…

291936_1280x720_bTRFjn_2_fr_1_17927_36260_291936_340

Plus loin qu’une simple tocade…

Pour Marguerite, la musique est une source d’épanouissement. En fait, c’est sa seule consolation face à un mari complètement absent qui la méprise, lui dicte sa marche de conduite et gère la conçoit uniquement comme un vecteur de financements dans ses affaires (d’ailleurs pas si florissantes). Son seul compagnon ? Madelbos. Un serviteur aux intentions ambigües.

028229.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Elle chante faux, mais elle joue juste

Catherine Frot nous en met plein les oreilles. Une question survient : chante-t-elle vraiment ? Eh bien oui, elle chante et a dû s’entraîner dur pour arriver à chanter faux, mais chanter beau. Elle a également été doublée afin d’éviter toute extinction de voix. L’actrice nous livre un personnage maladroit mais touchant dont on rigole cinq minutes avant d’être pris de compassion et de sentir un certain malaise jusqu’à la fin du film. Une de ses répliques m’a marquée mais je ne suis pas sûr de la reformuler parfaitement : « L’argent ce n’est pas le problème… il suffit d’en avoir ! ». Elle joue donc juste et donne la réplique à un véritable virtuose de l’humour : Michel Fau, qui n’en finit plus de prendre des airs désabusés face à ses canards.

261481

Une histoire vraie

Improbable de penser qu’il soit possible de duper autant une personne. Et pourtant, c’est le cas puisque ce film est tiré de l’Histoire de Florence Foster Jenkins, une bourgeoise américaine des années 1940 qui a, elle aussi, déchiqueté « La reine de la nuit ». Elle fera l’objet d’un biopic interprété cette fois par Meryl Streep. Un autre style.

Je vous conseille donc de vous ruer sur les dernières projections de ce film qui ne vous laissera pour sûr, pas indifférents.