3 kifs par jour

La couverture pop

Ayant rejoint les rangs de Psychologies depuis peu, comprendre l’ADN et le positionnement du groupe s’imposait. Rien de mieux que l’ouvrage de Florence Servan-Schreiber pour surfer sur la vague de la psychologie positive. Voici ci-dessous les notions que j’aimerais retenir.

La couverture pop
La couverture pop

A chacun son bonheur, déterminé par 3 éléments clés.

Le bonheur de chacun se décompose en 3 parties distinctes, d’après des études menées depuis 1990, étayées actuellement par Sonja Lyubomirsky.

  • 50% de notre aptitude au bonheur seraient liés au gène 5HTT. De la même façon que nous devons plus ou moins faire des efforts pour mincir, nous avons plus ou moins de facilités à être heureux.
  • 10 autres % représentent les facteurs extérieurs liés à notre bonheur. Et oui, seulement.
  • Les 40% restants sont liés à notre comportement, à notre façon d’appréhender les situations que l’on traverse.

Voilà, c’est donc plutôt à nous de jouer.

Magnifique fleur au Laos, contribuant à mes 10% de bonheur de l'extérieur.
Magnifique fleur au Laos, contribuant à mes 10% de bonheur provenant de l’extérieur.

2 types de bonheur distincts

Pour Daniel Gilbert, on peut dissocier deux types de bonheur différents.

Le bonheur naturel : celui que l’on ressent lorsqu’on tombe amoureux, quand on contemple une œuvre. Il provient de l’extérieur, on y aspire.

Le bonheur synthétique : si on voulait aller à un vide grenier et que l’on s’aperçoit que ce dernier est bien trop loin ou qu’il pleut, il se met en marche et nous aide à passer outre ce bref désappointement.

C’est à ce moment précis du livre que l’on peut mesurer son bonheur avec www.trackyourhappiness.com. Je n’ai pas encore tenté mais je vais le faire et ajouter mes impressions ci-dessous, dès que je reviens de vacances, sinon ça ne compte pas hihi.

IDEM pour l’application « Live Happy » avec laquelle on teste son aptitude au bonheur actuelle, histoire de l’augmenter par la suite.

En voici une qui aurait droit d'être pessimiste
En voici une qui aurait le droit d’être pessimiste

L’optimisme et le pessimisme

Martin Seligman étudie notre optimisme. A noter qu’une personne optimiste a 8 fois moins de chance de faire une dépression, est plus appréciée par son entourage, est plus performante au travail car elle se lance dans des tâches complexes. On a envie d’être optimistes hein…

Un questionnaire pour connaître son degrés d’optimisme : http://www.authentichappiness.sas.upenn.edu/testcenter.aspx

Le pessimisme et l’optimisme sont liés à nos sentiments de responsabilités face à une situation bénéfique et d’impuissance face à une situation négative. Une personne pessimiste aura tendance à généraliser ses réactions face à une situation subie « tu râles tout le temps, elle ne me rappelle jamais etc… ».

3 questions à se poser si l’on est pris en flagrant déli de pessimisme :

  • Cette contrariété est-elle passagère ? Ses effets vont-ils me hanter à jamais ?
  • Qu’est ce que cet échec remet en cause chez moi ?
  • Est-ce entièrement ma faute ou le contexte à jouer ?

Exercice : décrire le meilleur de soi-même pour l’avenir, sans limites. Et s’y prendre en plusieurs fois.

Les objectifs

Selon Tal Ben-Shahar, avoir un objectif est libérateur.

Caroline Adams Miller, une élève de Seligman, soutient l’importance des listes de vies, ou bucket list. Un site nous aide à la réaliser : www.43things.com

Les Prs Meyer et Diener avancent :

« Le bonheur ne provient pas tant de l’expérience de situations passives désirées que de notre engagement actif dans une activité à laquelle nous accordons de la valeur et qui nous rapproche de nos objectifs ».

Autrement dit, ce n’est pas l’arrivée qui compte mais bien le chemin.

Deux types d’objectifs : autoconcordants (fixés par soi-même) et imposés par l’extérieur.

Ces derniers sont filtrés par les questions suivantes :

  • Cet objectif me permet-il d’exprimer quelques chose de personnel ou d’impressionner les autres ?
  • Me donne-t-il force et énergie ? Me motive-t-il ?
  • Est-ce que je fais appel à mes qualités pour le réaliser ?

Attention : perfectionnisme est cousin de pessimisme.

Les 24 forces de caractère pour mieux se connaître : http://viacharacter.org

un kif :)
un kif :)

Les fameux 3 kifs par jours

Un kif est un moment de gratitude. On l’apprécie et on a envie de remercier une personne ou simplement la vie pour lui.

Martin Seligman distingue deux types de kifs : les plaisirs qui en appellent aux sens et aux émotions, et les moments de grâce : lorsqu’on est absorbé par une activité dans laquelle nous sommes engagés jusqu’à en perdre la notion du temps (= expérience optimale étudiée par Mihaly Csikszentmihalyi).

A tester !

Florence Servan-Schreiber tente de partager ses kifs en famille lors d’un repas. Puis chaque soir, ce moment devient rituel : il est même demandé par ses enfants.

*Merci
*Merci

La gratitude

Robert Emmons a étudié toutes ses facettes. Pour lui, la gratitude implique : 1. Constater que le moment que l’on passe vaut la peine d’être vécu. 2. Que ce moment est dû à un facteur extérieur, qui induit de la reconnaissance.

La gratitude survient dans les moments les plus durs (drame, perte d’un proche…).

Le journal de gratitude, qui fonctionne, selon Emmons,  comme ceci :

« Il y a beaucoup de choses dans nos vies, petites ou grandes, qui nous procurent des satisfactions. Repensez aux événements qui se sont écoulés au cours de la dernière semaine et notez-en cinq pour lesquels vous ressentez de la gratitude ou de la reconnaissance ».

Tenir un carnet du kif, avec le rythme choisi, pour éviter la lassitude.

L’étape ultime du kif consiste à écrire la lettre de gratitude, à remettre à la personne à qui on l’a écrite.

Créer du lien

Selon Ben-Shahar, une vie satisfaisante c’est :

  • Utiliser ses compétences en alimentant son auto-efficacité
  • Être autonome dans ses choix d’objectifs auto-concordants
  • Se sentir relié et vivre ensemble

Le principe de la lasagne

Selon Ben-Shahar toujours : trop de lasagne tue la lasagne. Côté sociabilité, c’est pareil. Nous n’avons pas tous les mêmes besoins. Notre sensibilité diffère, d’une part face à la quantité de gens que nous voyons et du temps que l’on passe à échanger avec eux.

Il y a deux types de personnes : introvertis et extravertis. Leur différence se situe dans le contrôle de leur niveau de lasagne.

Un point sur le couple

John Gottman est spécialiste de la stabilité amoureuse. Capable de détecter un divorce avec 10% de marge d’erreur. Il a identifié 3 catégories de couples face aux conflits : 1. Ceux qui résolvent leurs conflits grâce à des compromis calmes et pacifiques. 2. Il y a conflit mais pas confrontation. 3. Les couples qui se disputent.

En 1997, Sandra Murray a révélé l’importance des illusions positives au sein du couple. Ainsi, on magnifie l’autre dans sa tête, ce qui relève de l’intuition. Le fait de voir l’autre plus curieux, plus musclé ou autre peut le pousser à le devenir vraiment.

Les rituels

La plus célèbre écriture de journal
La plus célèbre écriture de journal

Écrire son journal

Les professeurs Laura King et James Pennebaker ont observé les effets de la tenue d’un journal. Cela réfoule nos émotions et nous offre un lieu sécurisé pour se défouler. Il n’est efficace que s’il n’est jamais lu par autrui.

3 exercices par semaine

Martin Seligman considère que le corps doit être pris aussi au sérieux que l’esprit lorsqu’il s’agit de notre bien-être.

Une étude a démontré que 20 minutes d’exercice trois fois par semaine pendant six semaines augmentent le dynamisme de personnes souffrant de fatigue chronique.

En 2000, le psychologue Michael Babyak a soigné 156 patients souffrant de dépression sévère avec 1/3 sport, 1/3 anti dépresseurs, 1/3 les deux. Il a fallu plus de temps pour le second groupe pour guérir mais côté rechute : 38% pour le premier groupe, 31% pour le second et 9% pour le dernier.

Ranger

Une étude démontre que si on élimine les objets « en trop » dans la maison, on diminue de 40% le temps de ménage.

Selon Gretchen Rubin, il existe plusieurs types d’encombrants :

  • La sélection sentimentale : cadeaux et autres T-shirts du lycée immettable
  • L’amas utile : le fascicule de la télévision, la vis Ikéa de trop
  • L’assortiment préventif « acheté au cas où
  • Le rayon soldes : on l’a acheté parce que c’était une occasion, mais jamais porté
  • L’équipement aspirationnel : pistolets à colle et autres pelotes que l’on n’a jamais tricoté
  • Les panoplies dépassées : draps, vaisselles etc… moi je n’ai pas encore assez de vécu pour en avoir
Un ouvrage de référence pour s'y mettre !
Un ouvrage de référence pour s’y mettre !

Savoir s’entourer

Ellen Langer étudie la connexion entre esprit et corps et démontre l’influence de nos pensée sur notre physiologie.

Elle a recréé les années 1959 auprès de personnes âgées en 1974. Ces dernières ont totalement changé d’attitude, de démarche etc… Nous acceptons donc comme vraies certaines généralisations liées au fait de prendre de l’âge.

Faire une seule chose à la fois

Pour Glenn Wilson, garder sa page mails ouverte en effectuant une autre tâche fait perdre 10 points de QI.

Il y a aussi : la méditation et le yoga, dépenser autrement (spectacles et loisirs pour les souvenirs), se récompenser, ne plus procrastiner, prendre son temps et piquer sa curiosité.

A mon tour de kiffer !
A mon tour de kiffer !

Ce que j’ai envie de suivre et faire

Suivre la semaine des qualités, me donner des objectifs de bienveillance chaque jour, ça ne me ferait pas de mal.

  • Dimanche : éradiquer son cynisme bon et j’ajouterais arrêter de critiquer
  • Lundi : 3 bonnes actions à faire en dehors de chez soi
  • Mardi : anticiper les besoins des siens
  • Mercredi : être la « mieux élevée » possible mais sans dire bonjour à des mecs cheuhlou
  • Jeudi : le tout sourire, et j’ajouterais, l’écoute autour de soi, vraiment m’intéresser aux autres
  • Vendredi : prendre des nouvelles de ses proches qu’on tend à laisser de côté
  • Samedi : journée libre, autant je serai bienveillante quand même hein

Et sinon, dans le désordre :

  1. Le carnet de kifs ne me tente pas trop, mais je compte bien continuer à les dire avant de dormir de temps en temps.
  2. Juste respirer mieux, prendre le temps et faire une activité à la fois, et manger mieux, ça c’est à faire.
  3. A continuer : ranger, ne pas procrastiner, bien m’entourer, pratiquer 3 activités sportives par semaine.
  4. Plus difficile : écrire un journal (bien que de temps en temps mon cerveau bouillonne et avoir une pensine à la Dumbledore serait mon rêve), méditer ou faire du yoga. En tout cas, pour l’instant. Je me suis essayée au yoga mais je n’ai pas adhéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>