Joséphine

Joséphine version film
Un exemple de planche…

Le saviez-vous ? Le personnage de Joséphine a été commandé à l’origine par le magazine Fémina à Pénélope Jolicoeur en 2008. Aujourd’hui, plus de 150 000 exemplaires des trois albums des aventures du personnage ont été vendus, dont un que je possède, un beau cadeau d’anniversaire. En juin 2013, c’est au tour du film de séduire le cœur des jeunes filles-femmes.

Joséphine version film

On fait un petit point synopsis sans plus attendre. Joséphine se présente elle-même : 29 ans trois-quart, célibataire (en recherche très active), elle vit avec Brad Pitt, son chat et souffre d’avoir un derrière omniprésent. Elle court une fois par mois avec sa sœur afin de résorber tout ça (bien qu’honnêtement ce moment tienne plus de la corvée que de la détente). Mais voilà que la sœur en question lui annonce qu’elle va se marier. Outrage ! Joséphine décide de la contrecarrer en inventant le mensonge aussi grotesque qu’invraisemblable : elle se marie elle-même à un brésilien et part vivre avec lui d’ici peu. Un petit mensonge qui va littéralement devenir une révolution dans sa vie (et dans celle de Brad Pitt). Mais comment va-t-elle remettre les choses en place ?

Joséphine et ses potes

Dur challenge que celui de donner vie à un personnage comme Joséphine. Marilou Berry relève le défi. Bon choix car finalement elles ont pas mal de choses en commun : le côté simple et sans chichi, un peu maladroit dans leurs actes et paroles. On imagine sans mal l’actrice manger du chocolat devant la télé, encore qu’après son régime ce ne soit peut-être plus le cas. Je valide donc le casting dans son intégralité : on reconnait Bérengère Krief de Bref en amie un peu dévergondée. On apprécie le jeu attachant de Marilou et l’on s’identifie sans peine à son interprétation du personnage. Bon point. Néanmoins, le souci avec cette comédie, c’est que je n’ai pas ri. Du moins, pas autant que je l’ai fait en dévorant la bande dessinée. Quelques gags concernant Brad Pitt m’ont fait esquisser un sourire mais après je suis pas mal sensible aux joke impliquant des chats.

Grosse ambi sur le tournage

En réalité, j’ai eu un peu l’impression de me retrouver devant la version française de Bridget Jones… mais sans Marc Darcy (le malaise). Les deux personnages sont blondes, complexées mais tout de même séduisantes, maladroites, pourvues d’une famille un peu pénible et amoureuses de l’abruti goujat alors que l’homme parfait les attend pas si loin. Arfff ça se ressemble trop. Bon, après j’ai lu, vu et adoré Bridget alors en retrouver les codes ne m’a pas non plus embêté. Peut-être que j’avais beaucoup d’attentes suite à la lecture d’une BD aussi qualitative que celle de Pénélope ? Toujours est-il que cet article en demi-teinte vous donne le ton : Joséphine est bien, mais pas à la hauteur. A voir sans trop d’expectatives.

Ce qu’ils en disent…

El programator 

Lemonde.fr 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>