Les débutantes

La couverture, qui m'a tout de suite plu !
La couverture, qui m'a tout de suite plu !

Entrée en matière

Il me fallait un bon livre pour le métro. Un livre que je puisse prendre et reprendre au grès de mais trajets, un qui ne soit pas honteux à montrer aux autres passagers, un qui dure un peu longtemps pour pas avoir à le changer en une semaine. Avec Les débutantes, j’ai trouvé ce que je cherchais.

Au début je pensais que ce livre allait être un peu superficiel. Un Gossip girl couché sur papier avec quatre filles dont on suit les amourettes et autres séances shopping. Que nenni ! Il s’agit plutôt de l’histoire d’une vraie amitié entre filles décrite avec émotions.

Quand je lis les débutantes...

Le résumé

Bon allez, entrons dans le vif du sujet avec un petit résumé. Les débutantes ne sont autre que Célia, Sally, Bree et Alice. Elles ont des caractères bien différents. Célia est la fille la plus sociale de la terre, toujours dans les plans soirées et une bouteille d’alcool à partager dans ses placards. Sally a également cet esprit de partage et de communauté, elle vient de perdre sa mère et s’en remet peu à peu. Bree est la fille sexy que l’on aimerait détester mais qui prête ses produits de beauté et Alice est une féministe invétérée qui ne jure que par les actions coup de poing pour remettre à leur place les droits des femmes.

Quelle place pour les hommes là-dedans ? Aucune en fait. Dans ce livre, le narrateur prend tour à tour les points de vue des quatre amies pour relater leurs souvenirs d’étudiantes à Smith, école réservée aux jeunes filles, dans laquelle tout le monde a ses règles en même temps et se balade à poil ou en pyjama sans la moindre gêne.

Le livre et une page exemple...

Pourquoi lire Les débutantes ?

Déjà pour celles et ceux qui n’aiment pas finir un livre en deux jours, les 543 pages de cet ouvrage vous donneront de quoi vous mettre sous la quenotte. Ensuite, on aime le style assez simple et accessible de l’auteur, J. COURTNEY SULLIVAN et l’on aime le fait que le livre change de point de vue, ça nous donne un but « Je lis jusqu’à ce que ce soit le tour d’Alice ». Enfin, on en apprend pas mal sur la vie dans les campus étudiants et on apprécie que le thème des femmes soit traité pour lui-même et pas (totalement) associé à celui des hommes. Je m’explique. Ici, on a l’histoire d’une amitié si grande entre quatre filles que leurs histoires d’amour en finissent par être secondaires et honnêtement, ça fait pas de mal. Loin d’être contre les hommes, juste je trouve bien que l’on ait une vie des débutantes totalement éloignée de celle de jeunes oies blanches attendant uniquement de se faire dépuceler. C’est un peu quatre filles et un jean qui ont pris de la maturité quoi ! Un film tiré de ce livre m’irait très bien, d’ailleurs, Ang Lee si tu m’entends, oui je voudrais que ce soit toi qui t’en occupes.

Ce qu’ils en disent…

Le blablayablog

In Milie’s mind

Télérama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>