YSL

Pierre et Yves se cherchent.

Aller voir Yves Saint Laurent s’est imposé à moi comme une évidence pour plusieurs raisons : tout d’abord ma copine Marine me l’a proposé, ensuite en classe de Master nous avons eu la chance de rencontrer Pierre Bergé, enfin j’avais vu la semaine précédente Les garçons et Guillaume à table et j’avais très envie de revoir à l’écran Guillaume Galienne. C’est donc samedi dernier que je suis allée au Gaumont Ambassade Champs Elysées, où j’ai d’ailleurs croisé l’air de rien comme ça l’ami Patrick Bruel, qui lui aussi avait envie de se la jouer haute couture ce samedi soir-là.

Pierre et Yves se cherchent.

Le film raconte donc l’histoire du célèbre couturier et du même coup, la naissance de la maison de couture à son nom. Yves est né en Algérie, à Oran. Il a très vite développé sa passion pour la mode mais aussi celle du travail, qui ressort tout au long du film. A 21 ans, il est directeur artistique de la maison Dior... rien que ça ! Il subit une pression sans précédent lors de son premier défilé et y rencontre Pierre Bergé, qui évolue lui aussi dans le milieu du luxe. Dès lors tout va très vite : séduction au bord d’une piscine, premier baiser, installation dans le même appartement et mise en place d’un accord particulier : Pierre gèrera les affaires et les relations publiques d’Yves, qui pourra se consacrer uniquement à travailler.

Pierre et Yves se trouvent

Seulement voilà, les choses ne sont pas aussi simples. Yves est censé faire son service militaire. Bien qu’en ayant acquis un sursis, il finit par se voir révoqué de son poste chez Dior et ne part pas pour autant à l’armée à cause de sa condition mentale. En effet, le couturier prodigieux est un dépressif chronique. Chronique comme dans ça va durer toute sa vie et on ne peut rien y faire. Pierre est présent pour l’épauler et n’hésite pas à jouer des coudes dans l’univers corrompu et dangereux de la mode afin de faire naître la maison de couture Yves Saint Laurent.

Violette (C.Le Bon) sous toutes ses coutures...

De soirées trop arrosées en voyages amoureux sans oublier les défilés, on suit ainsi la vie hors du commun d’un maître de l’aiguille dans les yeux de son amant, son confident et surtout de son protecteur. Une histoire émouvante qui nous montre aussi les dessous de la mode au fil du temps : défilés, créations, Unes de magazines et mondanités nous en font voir de toutes les couleurs. On voit aussi les déboires de la mode : soirées un peu moins mondaines, drogues, alcool et autres arrestations par la police se succèdent. Yves Saint Laurent a toujours eu besoin de faire rêver mais à priori de rêver lui-même. Sa muse est incarnée en début de film par Charlotte le bon qui excelle et met bien en avant les tensions qu’elle a avec Pierre Bergé.

Premier diner

On apprécie également le jeu de Pierre Niney et bien entendu de Guillaume Galienne, tout deux très transformés physiquement pour mieux coller à leurs personnages. Honnêtement, ce film a surtout été l’occasion pour moi d’en apprendre plus sur le créateur que je ne connaissais finalement que de nom et de la photo nue qu’il a fait dans sa période provoc’. J’ai passé un très bon moment à découvrir ce génie du tissu, sa famille, ses amants, ses craintes et surtout ses défilés. Moment très émouvant à la fin lorsque l’on voit qu’il n’aime plus qu’un moment : celui de voir les personnes apprécier son travail. Un deuxième YSL sort avec Gaspard Ulliel. Je ne sais pas si j’irai. Pourquoi ne pas en rester à ce film qui m’a beaucoup plus ?

Scène émouvante : l'un des derniers défilés.

Ce qu’ils en disent…

Mon amie Laurence dans Life & Swing

Théo Cabréro sur Sens critique

Challenge.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>