Mallette & Supermarket

marks23032012DSC_0477.JPG_effected

Ce weekend, l’esprit de Noël s’est emparé de mes journées. Je suis donc allé avec le Théo découvrir les joies de la patinoire du Trocadéro (en mode spectateur pas patineur soyons clairs). Un spectacle à base de « Oh gars il a dû se faire mal » ou de « Allez il tente le triple axel celui-là ! » sans oublier le « il a cru qu’il faisait Ice show lui ».

La patinoire de Trocadéro...

Ceci étant dit, je vais revenir sur l’objet de cet article, à savoir Marks et Spencer. Pour la petite histoire, le Catalog explique :

Fuyant les pogroms de Lithunanie, Michael Marks était arrivé à Leeds en 1882. Il commença à gagner sa vie comme marchand ambulant sur les marchés. Il affichait déjà le slogan qui fera sa fortune : « Ne demandez pas le prix, tout est à un penny ». Un moyen pour lui, qui ne parlait que Yiddish, de couper court aux questions. Un bon moyen aussi pour faire ses comptes qui s’avèrent vite fructueux. En 1894, il était à la tête de huit magasins. Il s’associa alors avec Tom Spencer, autrefois caissier du grossiste qui lui avait avancé cinq livres à ses débuts dans le métier. A la mort de Michael Marks, en 1807, la chaîne comptait 60 magasins à prix unique.

Simon Marks, le fils, qui sera anobli avec le titre de first Baron of Broughton, prit le contrôle de l’affaire en 1916. Boycotté par ses fournisseurs en 1928, il lança sa propre marque de vêtements St Michael en l’honneur de son père et de l’archange Michaël, patron du peuple juif. Le premier magasin Marks & Spencer fut installé à Paris en 1975 boulevard Haussmann.

En 2001, Marks & Spencer traverse une grave crise qui l’oblige à consolider ses actifs au niveau international et de fermer ses 18 magasins en France. En 2011, le groupe décide son retour dans l’hexagone dans un premier temps par un flagship sur les Champs-Elysées et un site e-commerce, puis une présence sous forme de corner dans les grands centre commerciaux français. Enfin M&S s’offre un magasin grand format en octobre 2012 dans le centre commercial So Ouest à Levallois et à Beaugrenelle en octobre 2013.

Les débuts de Marks et Spencer...

C’est donc à Beaugrenelle que j’ai pu entrer pour la première fois dans un Marks et Spencer en France. Forte de cette expérience nouvelle, j’ai vogué de rayons en rayons, à la recherche des sushis pas chers dont m’avait parlé Eva, une collègue de travail. Mais voilà qu’à hauteur du rayon thé, mon attention est tout à fait détournée par des boîtes tout à fait mignonnes. Pour 1,49€, 20 sachets de thé aux parfums variés. J’ai opté pour fruits rouges, rooibos et vanille et camomille pure. J’ai testé avec le Théo les fruits rouges et la vanille. Le premier est convaincant le second moins. Je reviendrai ultérieurement vers vous en ce qui concerne la camomille.

Les boîtes à thé absolument parfaites de M&S

Je vous laisse en attendant sur un petit montage de produits M&S que peut-être vous aurez envie d’acheter à vos proches (ou à moi soyons honnêtes) pour les fêtes :1 –  pull lapin, 43,95€ 2 – Pot à crayons, 9,95€ 3 – Serviettes de Noël, 5,95€ les 2
4 – Couette Mr & Mrs, 31,95€ 5 – Chaussettes chat, 10,95€ 6 – Echarpe pied de poule, 31,95€

Ce qu’elle en dit…

Play like a girl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>