What Ze Teuf par Théo Cabrero

En tournage...

140. C’est le nombre de caractères qu’il vous faudra pour tweeter votre idée scénaristique, afin d’avoir peut-être la chance de visionner votre récit original à 20h25 sur D8, du 2 ou 20 décembre 2013. Un pari fou que s’est lancé la chaine TNT, avec la participation du groupe Bonnie & Clyde et le site #WeLoveCinema : créer une série qui s’écrit et se réalise du jour au lendemain avec la participation des internautes. Pour liker la série c’est ici.

 Un concept novateur, puisqu’un tel dispositif n’a jamais fait son apparition dans les multiples grilles de programmes. Mais c’est également un processus risqué, car toute la construction de cette fiction se fait dans les conditions d’un Live.

What Ze Journée...

Jamais une série fictionnelle n’aura été autant proche du processus de réalisation d’une émission télévisée en direct. Car au final, le différé entre la réalisation et la diffusion est à peine d’une heure. Surtout que What Ze Teuf arrive après Touche Pas A Mon Poste, une stratégie en termes d’audiences, mais une vraie instabilité en termes de délais. Car oui, l’oncle Hanouna ne sait jamais terminer son émission à l’heure…

 Bref, c’est dans cette effervescence créatrice que je me suis rendu au sein du plateau de tournage de la série, dans la belle avenue Victor Hugo, 16ème arrondissement de Paris. Et étrangement, l’ambiance était très calme et sereine. Il est 14h30, le tournage du nouvel épisode touche à sa fin. Chemise cartonnée et feuilles de papier en main, j’aperçois le guest du jour, Baptiste Lecaplain, hors champ, se préparant à entrer en scène. Juste le temps d’échanger un regard avec lui : « C’est pour un contrat ? » me demande t-il tout à coup en voyant ma pochette. Je souris niaisement, avant que le comique s’engouffre sur scène pour gueuler sa réplique. Ok, l’ambiance est décontractée !

Du côté du montage...

Je n’ai pas encore accès au plateau de tournage, car ce sont plus de 40 personnes, acteurs compris, qui s’entassent dans un appartement afin de livrer le meilleur d’eux-mêmes. Alors je suis mon guide qui me fait visiter un deuxième lieu, celui de la postproduction. En réalité, toutes les images sont directement transmises aux monteurs, qui traitent les rushs en direct. Une vraie machine de production est en marche… Mais dans une très belle « usine » : un appartement lumineux de 300 mètres carrés, au sein d’une résidence inhabitée. Mon guide avoue profiter de ce confort de travail, laissant une totale aisance à l’ensemble de l’équipe. Mais les trois prochaines semaines vont être avares en heures de sommeil, alors autant que cela soit dans un cadre sympa !

A ma visite du plateau de tournage déserté, c’est le travail de décoration qui saute aux yeux. Près de 6 jours entiers pour le chef décorateur, afin de faire vivre un appartement vide à son arrivée. On peut facilement s’arrêter sur des objets insolites accrochés au mur, des verres renversés, un mur végétal et autres improbabilités. Même une odeur de clope « aromatisée » se fait ressentir (il faut bien se mettre dans l’ambiance hein ?!). L’esprit « Very Bad Trip » est donc au rendez-vous. Aucun doute que l’équipe technique a de la matière pour exploiter cet immense huit-clos pour les trois prochaines semaines.

En tournage...

 Après avoir avalé un délicieux Expresso dans une salle de réception mettant en valeur la jolie charte graphique de la série, Artus Solaro, l’un des trois acteurs principaux, vient me rendre visite. On parle de cette expérience inédite, offrant au comédien un vrai travail d’improvisation basé sur une découverte scénaristique. Artus n’aime pas trop Twitter. « Faire un tweet pour dire que j’ai mangé une pomme ça ne m’intéresse pas trop, je préfère communiquer les dates de mon spectacle… ». Pourtant, il ne remet pas en cause la ressource créative que peut apporter cette masse connectée, afin d’être à l’origine d’un script où aucun dialogue n’est à apprendre en amont. Une vraie liberté de jeu et de mise en scène, c’est ce qu’offre ce format singulier.

 What Ze Teuf c’est un petit peu le « WTF » télévisuel du moment. Réaliser une fiction comme on enregistre une émission TV. Cette série s’est bel et bien adaptée aux règles de son diffuseur, tout en mettant au centre de son processus un outil digital que le petit écran tente de s’approprier de plus en plus. Aller vite et être percutant, c’est ce que le Web a instauré. Et c’est ce que What Ze Teuf s’applique à faire.

Ce qu’ils en disent…

Melty

Télérama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>