House of cards

Frank et Claire Underwood
Les conseils de Frank Underwood...

House of Cards, c’est la série pour laquelle on m’a le plus dit cette année : « Ah bon tu regardes pas ? Ouhh il faut que tu t’y mettes ! » En bonne sériephile que je suis, je me suis exécutée au pied levé. Et je ne l’ai pas regretté ! Entre intrigues de folie et personnages au charisme indubitable, House of Cards m’a plus que convaincue d’être une des meilleures séries 2013.

Frank et Claire Underwood

Pour situer un peu l’action, on est en à l’heure actuelle, à la maison blanche où le président Walter vient d’être élu. On suit l’un des hommes les plus influents du Congrès : Franck Underwood qui brigue le poste de Secrétaire d’Etat. A cause d’un petit revers de fortune (et d’une trahison ou deux), celui-ci lui échappe. Un moment plus que désagréable qui va lui donner envie de mordre (et pas seulement dans les grillades de son ami Freddie). Il va ainsi ruiner la vie de plusieurs hommes de pouvoir et manier la vie politique comme dans un jeu de cartes afin de conforter sa place et bien entendu d’en gagner une autre, bien meilleure.

Frank rencontre Zoey Barnes incognito

Pour se faire, il est aidé par sa femme Claire, beauté froide et sophistiquée qui nous en met plein la vue (footing dès le matin, gestion d’une entreprise en journée et femme d’homme politique le soir, rien ne l’arrête). Il tisse également des liens un peu particuliers avec Zoey Barnes, journaliste aux dents qui rayent le parquet. Mais peut-être joue-t-il avec le feu ?

En tout cas, nous on a envie qu’il s’en sorte (mais pas trop vite non plus hein on veut plein de saisons) et on est surpris de comprendre les jeux politiques américains car il faut l’avouer, les cours d’anglais durant lesquels on nous expliquait ce qu’est le congrès sont bien loin.

Frank et Stamper, son homme de main

Le moment que l’on apprécie le plus ? Celui où Kevin Spacey y va de son petit regard caméra, l’air de dire « Je vous l’avez bien dit ». Narrateur interne, le personnage implique ainsi le publique dans certaines de ses péripéties douteuses. On se prend au jeu avec plaisir et l’on admire autant que l’on craint Frank. On a vraiment hâte de découvrir la saison 2, qui sera sans aucun doute, aussi surprenante que cette entrée en matière de 13 épisodes.

Ce qu’ils en disent…

Théo Cabréro sur Sens Critique

Un décryptage du style de Claire sur le blog de Jessica Harlow

French Touch Seduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>