Sex in the city

La déco de la salle principale, juste magique

Spider cochon pour nous accompagner

Rien à voir avec Carrie Bradshaw, Samantha, Miranda et Charlotte, cette exposition est organisée par l’association Solidarité Sida  afin de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes aux dangers que peuvent représenter les rapports sexuels.


Sex in the City débarque à Bastille! par solidaritesida

Mais attention, on n’en oublie pas pour autant le plaisir que l’on peut y trouver à travers quelques activités ludiques à effectuer en couple ou entre amis (à éviter en famille hein). Très instructif et gratuit, le parcours de l’exposition est truffé de cochons volants mais aussi d’accessoires de luxe loin d’être vulgaires.

C’est donc à l’arrêt Bastille (sortie 3) et pour zéro euro que mon amie Pauline et moi avons passé un moment entre bondage et chiffres clés du sexe pour un dimanche tout à fait instructif.

La déco de la salle principale, juste magique

Quelques petites choses que j’ai apprises : mettre du lubrifiant peut bruler un préservatif et donc le faire lâcher, il existe des crèmes après fessé, les français ont en moyenne 9 rapports sexuels par mois.

La roue des zones érogènes

Lors de notre périple coquin, nous avons pu tester la roue des zones érogènes. Le jeune homme, tout à fait charmant nous a expliqué en quoi les reins forment une zone érogène. Il a bien voulu répondre à quelques questions avec un grand professionnalisme de bénévole. Entre seins, testicules et nuque, notre cœur balançait.

Pauline et la roue des zones érogènes
Les cinq sens

Une demoiselle tout à fait à l’aise sur le sujet nous a ensuite initiées à différents produits tous aussi plaisants les uns que les autres : la poudre à fessé pour faire des paillettes quand ça claque, la crème après fessé (déjà citée) pour se faire pardonner, l’huile de massage au caramel, la plume à encre à la fraise et autres bougies de massage. Un moment parfumé qui nous a mises en appétit.

Déco plaisir
Madame Irma

Dernier atelier mais pas des moindre (eh oui on a dû prendre la file d’attente comme tout le monde et mériter notre tour), un jeune homme tout à fait bénévole lui aussi, nous a tiré les cartes d’un tarot bien spécial : celui du kamasutra. La position que l’on a donc choisie au hasard nous donne notre profil sexuel : ancré dans une logique de partage (le plaisir de l’un comme de l’autre compte), je suis donc un valet : jeune foufou qui a besoin de limites alors que Pauline, la reine, est plus équilibrée dans ses relations qu’elle voit sur du long terme.

Les crèmes à fessé de chez Love to love
Petit questionnaire et passage aux choses sérieuses

Les choses sérieuses, ce sont les IST que l’on peut contracter lors de rapports sexuels. 30 000 personnes sont atteintes du SIDA et l’ignorent en France et 35€ suffiraient à soigner pour un mois une personne malade en Afrique. Autant de chiffres qui ont vite calmé nos ardeurs (de jeune valet foufou) et nous ont (re)fait prendre conscience des menaces que peuvent engendrer des rapports non protégés.

Vitrine classe

Sans nous dissuader tout à fait de nous faire plaisir, ce petit passage obligatoire nous remet bien les idées en place et l’on est très appliquées lorsque l’on remplit le questionnaire de fin (« Euh c’est quoi déjà la taille moyenne d’un pénis en érection ? »). Une exposition très riche et qui nous a fait passer bien deux heures tout à fait agréables et enrichissantes dimanche dernier. A voir.

Toutes les infos sur exposexinthecity.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>