S.O.L.D.E.S

soldes-ete-2013-top-depart
52€ au lieu de 75 sur Minelli.fr

Hier, les soldes d’été commençaient à Paris avec une température pleine d’ironie. Les filles de mon service s’en sont donné à cœur joie entre midi et deux. De mon côté, j’ai fais un tour à Monoprix et j’ai pu repérer une jupe, un vernie et des ballerines sympas mais je me suis retenue de toute dépense, sentant un regard réprobateur posé sur moi de la part de mon placard déjà plein à ras bord.

Toute cette énergie que je n’ai pas passé à dépenser, je l’ai donc passée à regarder des articles sur les soldes afin de pondre un article digne de ce nom pour La mallette à malices. Première trouvaille : le tweet suivant : RT Si toi aussi tu te sens #soldes contre tous qui m’a fait beaucoup rire.

Deuxième trouvaille : l’article sur Influencia décrivant la consommation des femmes qui ne connaît pas la crise. On y trouve une typologie des shoppeuses tout à fait intéressante. La crise est pesante mais il y a, en chaque femme, une Victoria Beckham qui veille, toujours prête au lèche-vitrines. Encore plus joueuse, plus exigeante et plus digitalisée qu’avant.

Lunette, Pimkie, 5€ au lieu de 7,55€

Toutes les femmes ne sont pas égales devant le shopping : panorama !

7 familles ont été identifiées entre la quête du plaisir, la maîtrise budgétaire et la dépense impulsive. Néanmoins, deux catégories se distinguent : la première -composée de l’Allergique et de la Casanière- n’éprouve aucun plaisir, à la différence de la seconde définitivement tournée vers l’émotionnel.

L’allergique (19%) : fuit le shopping qui ne l’intéresse pas. Et quand elle en fait, c’est souvent aux moments des courses alimentaires et avec un seul mot en tête : minimalisme. Elle a 45 ans, vit seule ou en couple, sans enfants à charge. Elle a des priorités éthiques et/ou responsables. Elle aime prendre le contrepied et ses goûts se portent sur des marques comme Patagonia ou Apple , pour un budget trimestriel de 260 euros.

La casanière (10%) : sa vie est compliquée entre le travail, les enfants dont elle doit parfois assurer seule l’éducation, et le temps qui file. Elle a plus de 35 ans, et de plus en plus de difficultés à boucler son mois. Elle évite les magasins -un calvaire- et préfère Internet où les achats groupés de produits basiques et à prix intéressants lui permettent d’être efficace. Elle est la reine du drive et de tout ce qui facilite sa vie : du service de garderie ou de conciergerie, à la géolocalisation et visualisation des produits pour les repérer plus vite en magasin. Avec un budget trimestriel de 460 euros, elle aime le rationnel et valide des services comme Google Wallet, Topshop (Londres), La garderie pour maris de Labège 2.

La perfectionniste (20%) : mène une course de fond pour tomber sur le meilleur rapport qualité/prix. Elle a plus de 35 ans, des enfants. Elle est rationnelle, s’informe (réseaux sociaux, smartphone, magazines, recommandations des amies ou des vendeurs). Internet est intégré dans son circuit mais elle fréquente les magasins avec son compagnon, garant de ses achats. Elle raffole des programmes de fidélité, les achats groupés, des ventes privées, des promotions, du produit d’occasion, mais aussi de la prise en charge des enfants (animations, événements, garderie…). Avec un budget de 415 euros et une devise : « maîtrise et optimisation », elle opte pour le bio, la transparence, l’éthique, le respect de l’environnement. Shang Xia, Pass the Baton (Tokyo), 3X1 (NY) ou Gift Finder répondent à ses attentes.

Sac, Zara, 49,99€ au lieu de 69,95€

La conviviale (11%) : âgée de moins de 45 ans, célibataire ou en union libre, elle dispose de 390 euros. Le shopping est prétexte à divertissement, surtout avec ses amies. Il lui faut des événements à raconter, des pauses café, bien-être ou restos, des séries limitées, des soldes, des tests… et elle recommande mais n’aime pas l’intrusion technologique ! Pour vivre ces expériences où la relation humaine est au centre, elle appréciera Lost Wax (NY), Anthropologie (Londres) ou La Course aux étoiles de So West.

La jouisseuse (22%) : avec 400 euros, elle shoppe seule pour relâcher la pression. Elle est active, en couple, sans enfants, et a moins de 35 ans. Elle raffole des magasins et plus encore des vitrines dont la mise en scène et le renouvellement la stimulent. Tout est dans le coup de cœur, l’instant présent, la liberté. Elle retrouve cette émotion et ce lâcher prise chez Burberry (Londres), avec Colette Carnaval ou le concours de chorales avec Sister Act en centre commercial.

La serial shoppeuse (10%) : elle a moins de 45 ans et vit seule. Elle y consacre temps (des journées entières) et argent (550 euros) pour développer un style actuel et original. Elle peut acheter en série un produit quand il lui plaît et va sur Internet quand elle ne le trouve pas en magasin. Elle est viscéralement attirée par le premium, le luxe, les séries limitées, les pop up stores… Pour découvrir les dernières tendances, elle ira sur Fab.com, dans le Pop up store Ebay/Paypal ou le Food Trucks de V2.

La geek mobile (8%) : c’est la plus jeune (-35 ans) mais dispose de 360 euros (étudiante ou non, seule ou en union libre). C’est une exploratrice en quête des bons plans en magasins, smartphone en mains. C’est la pro du showrooming (repérage en magasins et achat sur Internet) et combine le réel avec le virtuel. Très investie dans la mode, elle a besoin d’expérimenter, d’innover, de rêver, d’intensité, de surréalisme (grâce à la 3 D). Elle est festive et partage ses listes de produits ou de looks (blogs, apps, réseaux). Le cadre et l’ambiance ont leur importance restaurants, cinémas, animations…).  Elle est adepte du Red Tomato Pizza (aimant directement relié au livreur/Dubaï), de l’appareil photo intégré sur le miroir de la cabine d’essayage chez Karl Lagerfeld ou de la borne Check-in Privilège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>