La trilogie du jardin d’hiver

Mise en page 1
Un peu de lecture...

J’avais déjà parlé de cette suite de livre dans un précédent article lecture portant sur Un rire inexplicable. Alice Thomas Ellis n’est pas devenue mon auteur préférée mais j’ai tout de même fait une petite recherche à la médiathèque Radio France afin de trouver ces trois romans. Comme ce n’était pas stipulé, j’ai cherché l’ordre avec lequel je devais faire mes lectures. Voici l’ordre :

Tome 1

L’histoire : Margaret est une jeune femme un peu perturbée. Revenue d’Égypte où elle a vécu un amour déchu, elle épouse Syl par dépit et un peu aussi par devoir par rapport à sa mère Monica, qui la pousse dans cette union mal assortie. Lili et son mari Robert arrivent quelques temps avant la cérémonie. Avec son tempérament de feu, Lili va faire bouger le peu d’équilibre de la situation. Elle va souvent voir la mère de Syl, Mme Monro, vieille dame mal aimée faisant un bilan de sa vie.

Tome 2

Ce qui est bien avec cette trilogie, c’est de pouvoir apprécier une histoire racontée de trois points de vue différents avec bien entendu quelques révélations de la part de chacun des narrateurs internes. Margaret, puis Madame Monro et enfin Lili nous racontent leurs sentiments, leurs émotions et leurs petits tracas les unes après les autres. Ces trois femmes de différentes générations voient bien entendu les événements avec des angles spécifiques et la plus fraiche des trois n’est pas forcément celle que l’on croit.

Tome 3

Agréable aussi de ne pas avoir à rentrer dans l’histoire puisqu’il s’agit trois fois de la même. On se demande d’ailleurs comment l’auteur a pu être aussi respectueuse du timing : on vit trois fois les mêmes conversations avec les mêmes mots employés précisément. Loin du livre Un rire inexplicable, cette trilogie ne casse pas des barres mais nous fait passer un bon moment trois fois et reste une expérience lecture originale. A tenter…

Un petit extrait des égarement de Lili :

Au fait, savez-vous qui est Lilith ? C’était la première femme d’Adam. Et savez-vous pourquoi elle le quitta ? Parce qu’elle en avait assez d’être toujours dessous et qu’elle ne voyait pas pourquoi elle aurait dû continuer. Elle lui dit : « Adam, je ne veux plus me mettre sous toi. Je veux être au-dessus. » Adam lui disputa le morceau parce qu’il s’était bien habitué à être au-dessus, qu’il aimait ça, et qu’il n’était pas prêt à abandonner cette position dominatrice. Ils se querellèrent et se battirent à ce sujet pendant un long moment entre temps et éternité. Aucun d’eux de voulait céder. La lutte prit fin lorsque Lilith se mit dans une rage telle qu’elle le quitta. Des ailes noires lui poussèrent dans le dos, et elle prit son essor pour aller vivre loin de lui dans les parties désertiques de la terre et ruminer l’histoire lamentable qu’elle avait vécue avec ce zéro. Adam, de son côté, épousa Eve. J’avais raison. Et vous n’avais jamais remarqué que lorsque les hommes se marient pour la seconde fois, ils choisissent systématiquement une pauvre nouille ? Une femelle idiote et obéissante qui n’a pas le quart de la matière grise d’une mule ? Et voilà, Eve a tout gâché, parce que ce n’était pas une lumière ; elle nous a fichues dans le pétrin dont nous ne sommes jamais sorties depuis. Les secondes femmes n’ont pas changé depuis Eve.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>