Vanessa et Paradis

Vanessa dans tous ses états

Vendredi au Studio 105 de La Maison de la Radio, France Inter se la jouait concert privé de Vanessa Paradis. A Radio France, lorsqu’une chaine organise un événement de ce style, des places (20 pour être exacts) sont réservées aux employés. Pour cela, il suffit de se présenter à l’accueil à 11h un certain jour. Seulement voilà, en étant stagiaire, on n’a pas droit à ce genre de privilège. Camille et moi nous sommes donc fait refouler avant de trouver des places par un canal différent, disons un peu moins officiel. Bref tout ça pour dire que ce concert, on l’a vraiment mérité. On est arrivé à 17h30 comme des dingues dans le 105.

Vanessa dans tous ses états

Rébecca Manzoni a chauffé un peu la salle (qui n’avait pas du tout besoin de l’être d’ailleurs on était tous au taquet) et les musiciens ont commencé avec « Love Song » of course. Vanessa arrive en dansant. Petit frisson quand même : on est devant la mère des enfants de Johnny Depp (oui on se rapproche haha) qui se tortille sur sa nouvelle chanson. Vanessa Paradis quand même ce n’est pas rien, intergénérationnelle (oui quand j’ai appelé ma mère en sortant elle m’a dit qu’elle avait écouté l’émission) et tout à fait magnifique (j’avais peur que Photoshop l’est enjolivée sur les photos), elle a une présence bien à elle sur scène.

La pochette de l'album by JB Mondino

La chanson terminée, place à l’interview tenue de main de maître par Rebecca qui nous passe quelques sons enregistrés au téléphone avec Benjamin Biolay et le photographe Jean-Baptiste Mondino. De quoi mettre Vanessa dans tous ses états. On apprend que Vanessa est très pudique, qu’elle ne chante pas ce qui lui fait trop penser à sa propre intimité. On apprend aussi que l’une des chansons de l’album a été écrite par la chanteuse, c’est sa chanson à elle quoi. Sinon rien de particulier le studio est un monde à part dans lequel elle a appris à mieux connaître Benjamin Biolay qui vient du même milieu qu’elle et possède les mêmes références culturelles ciné et TV. Anguille sous roche me dirait vous ? Sûrement ! Mais passer de Johnny à Benjamin c’est un peu comme passer du méga Giant au mini cheeseburger. Enfin, les goûts et les couleurs hein…

Alors comme chanterait Vanessa… All night long let’s have some fun!

Le podcast

Ce qu’ils en disent…

Le Nouvel Obs

Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>