No et moi

NO-ET-MOI_photo-supp-1024x681
Lou et No

Lou a 13 ans. On la voit pour la première fois à la gare d’Austerlitz en train d’observer les voyageurs. En voix-off, elle nous explique qu’elle aime passer son temps libre dans ce lieu de passage. Surdouée, elle est déjà en classe de seconde. Même si elle a de grandes aptitudes en ce qui concerne les cours, la solution d’une situation tout à fait simple peut lui échapper. Isolée, elle n’a pas d’amis avec qui parler en cours et sa mère ne s’est jamais remise de la perte de sa petite sœur, deux mois après sa naissance. En peignoir toute la sainte journée devant des documentaires sur les raies, elle a coupé le dialogue avec Lou et montre un certain désintérêt pour cette dernière.

Un exposé va être l’élément modificateur de ce schéma narratif. Lou choisit de traiter les sans abri et rencontre Nora (alias No) à qui elle demande de répondre à quelques questions. Très vite, elle comprend que Nora ne lui répondra jamais. Ses réponses sont dans ses blagues, dans ses rires, dans ses hésitations. No est dans une situation critique et tente d’échapper à cette réalité dans les réflexions provocantes, la vodka et un franc parlé désarmant. « Elle se méfie de tout » nous dit Lou. Touchée par la naïveté de son enquêtrice, No va peu à peu lui faire confiance et lui montrer sa détresse…

Affiche de La bella gente

Lorsque j’ai pris ce DVD pour mon dimanche soir à la médiathèque de Radio France, la bibliothécaire m’a clairement dit : « ouhla il faut s’accrocher avec celui-là il faut être de bonne humeur ». Encourageant. Néanmoins, je sentais que ce film tiré de l’ouvrage éponyme de Delphine de Vigan valait le détour et je ne me trompais pas. Plein d’émotions, reflet d’une réalité pas toujours simple à accepter, « No et moi » nous fait passer un moment loin de nos soucis matérialistes. Ce film m’a aussi fait penser à un autre long-métrage que j’ai pu visionner récemment : La bella gente durant lequel une femme et son mari en vacances tentent de recueillir une prostituée chez eux et de la réintégrer loin des sévices sexuelles et de son quotidien avilissant. Mais ces deux films nous apprennent avant tout ce que l’on ne peut pas prendre à la légère une personne arrivant avec son lot de problèmes. Un film vrai et puissant. A voir.

Ce qu’ils en disent…

Premiere.fr

Le blog des ados

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>