Zaytoun

Une des affiches du film

De nos jours, en plein conflit israélo-palestinien. Fahed vit dans un camp de réfugiés palestiniens avec son père et son grand-père. Tête brûlée, il n’hésite pas à franchir les limites de ce dernier et à braver les dangers pour s’amuser avec ses amis. Mais il va très vite perdre le peu d’enfance qui lui reste à la mort de son père, lors d’un raid aérien. Pour seul héritage, celui-ci lui a laissé une pousse d’olivier. Son rêve est de le planter sur sa terre, celle occupée désormais par les israéliens.

Une des affiches du film

C’est à ce moment-là que l’on comprend le titre du film : Zaytoun, qui signifie olive dans la langue de Fahed. Un pilote israélien du nom de Yoni crash en plein vol et s’échoue dans les terres de Fahed et de ses proches. Captif, il est interrogé pour les aider à combattre les siens. Fahed le hait mais pense qu’il peut se servir de lui pour le mener sur ses anciennes terres. De la haine à une profonde amitié, le chemin vers la frontière semé d’embuches va les lier contre toute attente…

Yoni et Fahed en galère

Un très bon film qui nous amène à nous interroger sur les tenants et les aboutissants du conflit entre Israël et la Palestine que je ne suis malheureusement pas assez. L’histoire entre les deux personnages est très prenante et l’on tremble pour eux à chaque danger qu’ils rencontrent. Le film de presque deux heures passe en deux secondes et l’on apprécie la chaleur des paysages magnifiques que traversent Yoni et Fahed. Un film bien loin des blockbusters américains qui fait du bien. A voir.

Ce qu’ils en disent…

Le Monde

Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>