Recto Verso : un journal pas comme les autres

titre (1)
Recto Verso : un journal à part

Recto Verso, c’est avant tout le projet de ma meilleure amie Eugénie, que j’ai vu évoluer au fil des mois et se réaliser cette semaine. De quoi être très fière comme on peut se l’imaginer. C’est aussi un journal en A3 profitant de sa mise en page atypique et de ses dessins artistiques de grande qualité. J’y suis allée de mon petit article, dont voici un extrait ci-dessous.

« Etre caissière, c’est fatiguant nerveusement. Le rapport à l’humain est omniprésent. Seulement dans le contexte de la caisse, le client a tendance à ne vouloir faire que passer, ne veut pas prendre son temps et surtout rien ne doit l’empêcher d’atteindre la providentielle sortie du centre commercial. Rien, ça inclut la caissière qui est la dernière étape avant l’arrivée : l’étape irritante parfois, mais que j’essaie de rendre la plus agréable possible avec un « Bonjour messieurs dames » de ci et un « bonjour monsieur » de là.

Un client un jour était tellement dans le souci de me faciliter le travail qu’il a tourné chaque article avec le code barre près à passer dans le laser rouge. Les « BIP… BIP… » S’enchainaient à un rythme fou. Mais après tout à quoi bon ? Gagner trois minutes pour rendre le contact le plus court possible, est-ce une fin en soi ?

Et les clients de dire « Je vous fais une carte » – « Euh non, là je vous arrête tout de suite, vous ne me faîtes rien du tout, juste vous mettez la carte dans le lecteur carte et on n’en parle plus ». Et justement, le lecteur carte a été changé il y a trois semaines. COUP DUR. Chaque client y va de sa petite remarque sur la dite nouvelle machine « Et on la met comment ? » « Ah enfin il était temps de les changer ! » sans oublier « On ne voit plus les chiffes, c’était mieux avant ».

Il y a les clients qui font des blagues à chacun de leurs passages. En voici d’ailleurs une qui finalement ne paye pas de mine mais reste correcte : « Qu’est-ce qu’un policier sur un tracteur ? Un poulet fermier ! ». Bon certes, cette blague est plus du goût de José Bové que du mien mais elle m’a bien divertie cinq minutes et a rendu le rapport avec le client plus humain… »

La suite ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>