Les soldes ? C’est aujourd’hui !

SOLDES1

 

Aujourd’hui, ça n’a échappé à personne : c’est le premier jour des soldes. Be.com nous donne quelques conseils pour tenir le choc. Pour ma part, je compte me jeter dans la fosse aux lions cet après-midi. Je crois que je n’ai jamais fais les soldes au premier jour des réductions. Une petite préparation psychologique et logistique s’impose…

 

On s’habille stratégique pour faire les soldes : pas de converses ou de chaussures à multiples lacets qui mettent des heures à s’enlever. Des collants, un short et des ballerines sont très bien  pour le speed essayage. Des ballerines dans lesquelles on ne souffre pas je précise, on va arpenter la rue de la république et les allées des centres commerciaux en long, en large, en travers…

On ne va pas faire les soldes avec n’importe qui : on y va avec une amie qui tient le choc, passionnée autant que soi par l’achat de vêtements, accessoires et chaussures. Une copine qui ne ment pas quand le vêtement ne va pas et une amie avec qui l’on n’est pas trop pudique : la promiscuité dans les cabines ne doit pas être un problème. Une amie qui est capable de prendre une photo si besoin (bah quoi ? On garde des souvenirs des soldes pour le blog aussi !).


On garde en tête les pourcentages, cours de mathématiques de 5ème. 30%, ça veut dire qu’on divise le prix par 3, -25% par 4, -50% par 2 et -70%  tu n’achèteras seulement qu’après contrôle minutieux de la marchandise

On évite de se battre pour les vêtements avec une inconnue : le crêpage de chignon ça craint. On préfère user de persuasion : « Non mais ce haut va vous grossir, on mieux il vous enlèvera une ou deux années mais pas plus. » ou encore : « C’est drôle, ma mère à le même ! ».

On n’achète pas n’importe quoi. Ce n’est pas parce qu’une jupe mini rose fluo avec des lacets en cuir tout au long et des dentelles sur le haut est à moins 70% qu’elle est moins vulgaire. On renforce côté basic si l’on en manque, on cherche des produits dont on a VRAIMENT besoin et on tente de nouvelles tendances, on fait en sorte que la garde robe se diversifie toujours plus. On évite le synthétique et on lui préfère des matières comme la laine, le coton voire le cachemire pour les budgets plus gonflés (les matières sont indiquées sur l’étiquette intérieure gauche).


Au moment de payer (moment crucial), on se pose les bonnes questions : Ai-je besoin de cette vingtième paire de chaussures ? Mon découvert est de combien déjà ? Et on a le temps de culpabiliser parce qu’à la caisse : la patience est une vertu qui nous est enseignée avec zèle.

On se prépare un moment de repos après. C’est que ça fatigue toute cette agitation, toutes ces étiquettes rouges et ses hésitations d’achats compulsifs. Prévoir une petite pause thé devant le dernier Bref s’impose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>