Le palais idéal du facteur cheval

egyptidéale

Durant les vacances, une petite visite instructive et qui en met plein la vue. Construit en 33 ans, ce palais est l’oeuvre d’une vie. Celle de Ferdinand Cheval, un facteur solitaire et amoureux des constructions alambiquées. Faisant une trentaine de kilomètres par jour, il n’hésite pas à retourner sur ces pas le soir venu pour chercher les trésors récoltés au bord de la route au fil de sa tournée. Insomniaque, il consacre ses nuits à son obsession et avance son projet pierre par pierre tout en progressant dans les techniques de construction.

 A la mort de sa femme, il tente de faire de son palais un tombeau où il pourra la rejoindre à son tour un jour. La loi interdit formellement cela et il se voit obliger de remettre à flot un projet : décorer sa tombe d’une construction semblable à celle de son palais. C’est chose faite 3 ans avant sa mort et l’homme finit paisiblement le cours de sa vie, organisant déjà des visites de son palais.

 

1879 – 1912
93 000 heures
10 000 journées
33 ans d’épreuves

 

« Fils de paysan je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie il y a aussi des hommes de génie et d’énergie. Vingt-neuf ans je suis resté facteur rural. Le travail fait ma gloire et l’honneur mon seul bonheur; à présent voici mon étrange histoire. Où le songe est devenu, quarante ans après, une réalité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>