Sophie Marceau nous invite à sa boum

G7357_1230580313

Ces deux derniers jours, TF1 a rediffusé La boum et La boum 2 à l’occasion des fêtes de noël. De quoi me réjouir et passer de très bon moments entre « oh non mais on n’était pas comme ça nous » et identification totale. Et révélation ultime : Sophie Marceau connaissait déjà Lambert Wilson dans La boum 2 puisqu’ils y jouent ensemble, INCROYABLE.

Lorsque le film de Claude Pinoteau a débarqué sur les écrans, les ados sont tous tombés fous amoureux d’un petit bout de femme à la moue boudeuse et aux yeux verts. Sophie Marceau n’a que 13?ans et fait une entrée fracassante dans le star-system. Qui n’a pas rêvé de piquer sa place et de danser ce slow dans ses bras de Mathieu et ? «Dreams are my reality…the only kind of real fantasy…»

Dans ce long-métrage – qui raconte les tribulations amoureuses d’une lycéenne parisienne – la musique est omniprésente. Mais, alors qu’on nage en pleine période disco, c’est ce titre, Reality, qui trotte dans les têtes! «Au début, Barclay n’avait même pas envisagé de sortir un single avec cette chanson, raconte Richard Sanderson. Mais il y a eu une telle demande qu’ils ont dû réagir très vite…» Un bon réflexe! Car ce disque s’est vendu comme des petits pains. Jusqu’à 30?000 exemplaires par jour au plus fort du succès.

La Boum m’a appris quelque chose qui encore aujourd’hui, malgré tout, ne m’abandonne pas : un film peut, par la puissance des idées qu’il propose, par la transversalité des émotions qu’il suscite, s’offrir à tous et en tout temps. Toucher un Universel qui n’a rien d’une abstraction, mais qui est ancré dans les sursauts du coeur, les larmes, les rires, en dépit de toute division ethnique, religieuse, culturelle, générationnelle.

Je suis sûre qu’encore aujourd’hui, un adolescent de 2011 pourrait oublier facilement son i-pod, sa PS3, son ordi, sa kinect et la matérialité de son existence et tomber, comme moi sur la une sans zapper. Encore aujourd’hui, je pense que le cinéma est bien plus que le miroir d’une réalité, image de notre monde, qui ne peut être que contingente, éphémère et changeante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>